« Nous n’avons pas besoin d’une poignée d’individus zéro déchet, nous avons besoin de millions de personnes imparfaites qui font de leur mieux » – Anne-Marie Bonneau

« Nous n’avons pas besoin d’une poignée d’individus zéro déchet, nous avons besoin de millions de personnes imparfaites qui font de leur mieux » – Anne-Marie Bonneau

Selon l’Ademe, l’Agence de la transition écologique, chaque Français jette en moyenne 573kg de déchets dont 47% de déchets ménagers. Cela représente en moyenne 270kg par Français par an, soit 5kg par personne chaque semaine. Multipliez ce chiffre par 67 millions d’habitants et le résultat donne le vertige ! Presque 18,1 millions de tonnes par an !

On comprend donc bien l’importance de réduire la quantité de déchets que nous produisons, cependant, la perfection en matière de zéro déchet n’existe pas et « nous n’avons pas besoin d’une poignée d’individus parfaitement zéro déchet, nous avons besoin de millions de personnes imparfaites qui font de leur mieux» (Anne-Marie Bonneau) comme vous, comme moi.

18,1 millions de tonnes de déchets ménagers sont produits chaque année en France

Selon l’Ademe, l’Agence de la transition écologique, chaque Français jette en moyenne 573kg de déchets dont 47% de déchets ménagers. Cela représente en moyenne 270kg par Français par an, soit 5kg de déchets ménagers par personne chaque semaine. Multipliez ce chiffre par 67 millions d’habitants et le résultat donne le vertige ! Plus de 18 millions de tonnes par an ! Rapporté à une famille de 4 personnes, c’est une tonne de déchets par an qui sont jetés dans les ordures ménagères !

Les déchets ménagers, non recyclables, sont enfouis (26% des déchets des ménages), incinérés (32% des déchets ménagers), ou sont jetés dans la nature et dans les océans.

  • L’enfouissement et l’incinération de nos déchets, ne sont pas sans conséquence sur l’environnement. La décomposition des déchets une fois enfouis dégage du méthane et pollue les sols avec le lixiviat (liquide toxique produit par la fermentation des déchets sous l’effet de l’eau de pluie). 
  • L’incinération des déchets a pour conséquence de dégager du CO2 et des particules fines toxiques dans l’atmosphère, mais aussi d’autres déchets à leur tour enfouis. Ainsi quand 1 tonne de déchets est brûlée, 25kg de déchets toxiques sont générés et enfouis dans des décharges spécifiques en France ou dans des mines de sel en Allemagne et 250kg de cendres polluantes (appelé Mâchefer) sont produites.

On comprend donc bien l’importance de réduire la quantité de déchets que nous produisons. Cependant, la perfection en matière de zéro déchet n’existe pas. Se nourrir, s’habiller, se déplacer, vivre tout simplement génère des déchets. L’important est d’en avoir conscience et de mettre en place des actions pour réduire la quantité des déchets que nous produisons. 

 Nous n’avons pas besoin d’une poignée d’individus parfaitement zéro déchet, nous avons besoin de millions de personnes imparfaites qui font de leur mieux » (Anne-Marie Bonneau).

Prenons un exemple, l’Ademe estime qu’un Français consomme en moyenne 2kg d’essuie-tout jetable par an, rapporté aux 67 millions de Français, cela représente 134 tonnes de déchets évitables par an. Si seulement 10% de la population française supprimait les essuie-tout jetables ça serait déjà 13,4 tonnes de déchets d’évités. Cet exemple n’en est qu’un parmi d’autres, mais il est assez aisé de reproduire ces calculs pour les disques de coton démaquillants, le papier cadeaux, les couches, les emballages plastiques, etc.

Additionnez ensuite les quantités de déchets évitables si seulement 10% par exemple de la population Française ne consommait plus ces déchets, parce que oui nous consommons et nous dépensons de l’argent durement gagné pour … des déchets ! Et vous verrez que même un petit nombre d’individus peut avoir impact fort sur la réduction des déchets…

La perfection n’existe pas : ma démarche zéro déchet

Pour vous parler un peu de ma propre expérience, cela fait plusieurs années maintenant que je suis engagée de façon très active dans la réduction de mes déchets et de ceux de ma famille.

Pour cadrer un peu les choses nous sommes une famille de 4 personnes dont 2 enfants de 5 ans et presque 9 ans et une chatte noir et blanche de 6 ans. Nous avons un jardin, un composteur et un petit potager. Pour m’aider à avancer dans mes démarches et voir les progrès accomplis, j’ai tenu la liste des actions que j’ai menées, je vous encourage vivement à en faire de même !

Les listes de mes victoires semblent impressionnantes, mais cela fait des années que je suis engagée dans la démarche de réduction de nos déchets et pourtant même si nous ne sortons plus la poubelle toutes les semaines voire plusieurs fois par semaine comme avant, nous produisons quand même un certain nombre de déchets. Malgré tous nos efforts nous sommes encore loin du bocal de déchet annuel de certaines personnes mais nous sommes tout de même loin de la moyenne nationale. 

En juin dernier, j’ai fait l’autopsie de notre poubelle sur une semaine. Pour resituer, cette semaine-là nous étions tous les 4 à la maison, nous deux en télétravail, et les enfants à la maison étant donné qu’ils n’avaient pas encore pu reprendre l’école depuis le confinement.

En 7 jours, nous avons jeté 1,250Kg de déchets ménager pour 4 personnes contre 5 kg en moyenne pour 1 seule personnes ! Sur nos 1.250kg de déchets ménagers 65% (800g) sont liés aux 7 couches utilisées par mon fils de 5 ans la nuit. J’avais pensé une fois la continence acquise de jour que la continence de nuit suivrait rapidement, si j’avais su que 2 ans plus tard on aurait toujours la couche de nuit, je serai passé aux couches lavables. Les autres déchets étaient : 3 sachets de pâté pour chat, quelques papiers de fromage et des sachets de chips suite à une soirée en famille improvisée, des sachets plastiques de brioche (et oui difficile de cuisiner le gouter des enfants tous les jours), des sachets de plats préparés types pâtes fraiches parce que bon c’est difficile de varier les repas quand on n’a pas beaucoup de temps pour cuisiner le midi et qu’il faut nourrir toute la famille matin, midi, gouter et soir !, quelques déchets alimentaires qu’on ne peut pas mettre au compost et quelques déchets de travaux.

Pour en arriver là, il faut bien se rappeler que Rome ne s’est pas construite en un jour, avancez progressivement, trouvez votre rythme pour ne pas vous décourager, donnez-vous des objectifs atteignables et listez vos victoires ! Ayez de la gratitude pour vous-même dans les victoires mais aussi dans vos retours en arrière et vos échecs cependant gardez à l’esprit « il n’y a pas de réussite facile ni d’échecs définitifs » (Marcel Proust). 

Et surtout : « nous n’avons pas besoin d’une poignée d’individus parfaitement zéro déchet, nous avons besoin de millions de personnes imparfaites qui font de leur mieux »

Et vous où en êtes vous dans la démarche de réduction de vos déchets ? 
Quels sont vos victoires et vos “échecs” ? 
Partagez votre expérience en commentaire !

Lettre d'information

Vous pouvez vous désabonner à tout moment en cliquant sur le lien dans le bas de page de nos e-mails. Pour obtenir plus d'informations sur nos pratiques de confidentialité, rendez-vous sur notre site Web.

We use Mailchimp as our marketing platform. By clicking below to subscribe, you acknowledge that your information will be transferred to Mailchimp for processing. Learn more about Mailchimp's privacy practices here.

Laisser un commentaire